A lire aussi :  Une zone de guerre n'est pas un village du Club Med