Edito de François Sergent (Libération)

A lire aussi :  La déferlante de l'hyperindividualisme libéral