En réponse au casse du siècle.

A lire aussi :  Caterina Ciarcelluti, la "Wonder Woman" du Venezuela