A lire aussi :  Libé, la nouvelle police de la pensée