En dépit de quelques heureuses intuitions, le libéralisme est aussi et surtout l’idéologie de l’être humain égoïste par nature et devant être rééduqué et réprimé par un Etat coercitif ; l’idéologie du tous contre tous, du chacun pour soi, du «j’écrase ou je suis écrasé» ; l’idéologie de la liberté contre l’égalité et de l’égalité contre la liberté, afin qu’on abandonne les deux ; l’idéologie du commerce, des magouilles, de la méfiance et de la guerre ; l’idéologie de l’individu contre le collectif ; l’idéologie de la non-intervention étatique, sauf lorsque les ministres renflouent les poches de leurs amis banquiers touchés par la crise à coup d’argent public, pour qu’à la fin de leur mandat politique ces mêmes ministres se reconvertissent confortablement dans le monde des affaires ; l’idéologie des experts contre le pouvoir des citoyens ; l’idéologie de l’économie contre la politique ; l’idéologie du privé contre le commun.

Source : Réponse à Emmanuel Macron : la liberté est une valeur de gauche, pas le libéralisme

Par  Manuel Cervera-Marzal, docteur en science politique et diplômé de Sciences Po, qui enseigne actuellement à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Et qui ignore visiblement la définition du libéralisme.

A lire aussi :  Les dictatures libéralo-empérialistes